T 55 MBT

 

 

 

Tank d’un pays désertique en conflit avec ses populations locales. Un malheureux cocktail Molotov en est venu à bout.

 

Les combattants repassent plus tard sur le lieu de leur attaque. Le tank est toujours là, à moitié enfouis sous le sable et usé par le temps….

 

Décors classique en plâtre. Les dunes, afin de cacher les chenilles désastreuses, sont en plâtre recouvert de pigment sable clair.

 

Le tank, de mauvaise facture au départ, reçois là mes derniers essais de rouille : un mélange de pigment ocre rouge, de poudre de rouille fait maison et de peinture.

 

 

Les dromadaires ne sont pas d’ « époque ». Issus d’un lot de combattant antique assyrien il a fallut les « moderniser » avec un nouveau chargement : jerricans d’essence et armement.

 

 

Quand aux archers assyriens d’avant JC, une petite retouche les ramène aux 21ième siècle. Finit le pagne à la mode chez Nabuchodonosor II, place à la djellaba blanche. Réalisation maison :

 

1-   Découper un carré de kleenex à la taille du combattant. Le dédoubler au maximum et y percer un trou pour la tête.

2-  Plonger l’habit dans une solution diluée de colle à bois.

3-  Avec beau coup de délicatesse passer la djellaba au personnage. L’ajuster délicatement afin d’avoir ou non des plis.

4- Laisser sécher. La colle à bois rigidifie l’ensemble.

5-  Passage à la peinture.